Banque,  Economie

Toutes les caracteristiques de l’EBITDA

En France, lorsqu’un comptable calcul l’excédent brut d’exploitation ou EBE, le comptable américain quant à lui calcul le Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization ou EBITDA. Il s’agit d’un indicateur financier déterminant pour l’évolution d’une entreprise. Vous désirez en savoir plus sur cet élément ? Découvrez cela dans cet article.

EBITDA : Signification

Tout d’abord, il est important de comprendre la définition du sigle anglais EBITDA qui correspond au Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization. En français, la signification correspond au BAIIA pour « Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements ». De nombreuses entreprises américaines utilisent cet indicateur dans le but de se faire une idée sur le fonctionnement du cycle lié à l’exploitation de leurs structures. Autrement dit, le comptable détermine l’EBITDA pour mesurer la faculté de l’entreprise à être profitable comparée aux capitaux investis. En gardant à l’esprit cet indicateur ne tient compte ni de la politique de financement de celle-ci ni de sa politique d’investissement.

Comme l’excédent brut d’exploitation, il est en effet déterminé avant la prise en compte des amortissements, intérêts, taxes et impôts, ainsi que les provisions sur dépréciation. Il s’agit de l’outil dont les gestionnaires d’entreprises ont le plus recourt. Bien qu’ayant des similitudes avec l’EBE, l’EBITDA présente des zones de dissemblance. Celles-ci résident au niveau de l’inclusion ou de l’exclusion de certains éléments dans le calcul de ces indicateurs. C’est notamment le cas de la participation des salariés inclus dans le calcul de l’EBITDA mais exclu de celui de l’EBE ou encore des provisions d’exploitation inclus dans l’EBE et exclus de l’EBITDA.

EBITDA : Pourquoi le calculer ?

Pour une entreprise, déterminer l’EBITDA est utile pour diverses raisons. Tout d’abord, l’EBITDA est un indicateur que les gestionnaires utilisent non pour analyse le bénéfice généré par l’entreprise, mais pour savoir si elle dégage de la rentabilité. C’est d’ailleurs pour cette raison que les éléments fiscaux, ainsi que les amortissements et autres, ne sont pas pris en compte. Les gestionnaires d’entreprise arrivent ainsi à s’informer du niveau de richesse et par ricocher du bénéfice que la société dégage.

Par ailleurs, l’EBITDA est dans la plupart des cas déterminés lors de l’exercice social d’une société. Il est également important de ne pas faire de confusion quant à la définition de l’EBITDA et de l’EBIT (Earnings Before Interest Taxes). Quand le premier correspond dans les soldes intermédiaires de gestion français au résultat opérationnel avant les amortissements et les provisions sur dépréciation, le second correspond au résultat d’exploitation de l’entreprise après prise en compte de ces éléments. L’EBIT est ainsi toujours moins élevé que l’EBITDA

EBITDA et calcul

Le calcul de cet indicateur financier peut se faire de deux manières. La première méthode part du résultat net comptable et la deuxième méthode part du chiffre d’affaires de l’entreprise. Dans le premier cas, cela correspond à l’addiction du résultat net comptable avec les intérêts, les taxes et impôts ainsi que les dotations aux amortissements et aux provisions. Dans le second cas, il s’agit plutôt de la différence entre le chiffre d’affaires et les charges relatives au personnel, les charges externes et les autres dépenses de l’entreprise. Si le résultat obtenu est positif, le cycle d’exploitation de l’entreprise lui permet d’être financièrement rentable. Dans le cas contraire, cela montre que l’entreprise est déficitaire et doit porter une attention particulière à son cycle de production.